Méthanisation par voie infiniment mélangée

Voie liquide

La voie liquide ou infiniment mélangée : Cette technologie peut être utilisée pour des projets de méthanisation de plus de 80 kWel. Les matières sont incorporées en continue dans des digesteurs chauffés à 38°C, mélangés en continu et surmontés de bâches permettant le stockage du biogaz produit. Le digestat doit contenir entre 10% et 20% de matière sèche ce qui implique souvent d'ajouter une phase liquide pour diminuer cette part de matière sèche. La voie humide permet une grande flexibilité concernant le choix des matières à traiter et une désulfuration biologique intégrée. Enfin, une automatisation de certaines phases du processus est largement envisageable.   

Méthanisation par voie sèche discontinue

Voie sèche discontinue

La voie solide ou sèche discontinue : Cette technique permet de traiter des matières organiques contenant 20% à 40% de matière sèche. La technique consiste à remplir en parallèle plusieurs digesteurs, de façon alternée afin d'assurer la continuité du process. Cela implique donc une bonne gestion de la main d'œuvre disponible sur le site de méthanisation. Les digesteurs sont comparables à des garages dans lesquels on introduit la matière. La voie sèche s'associe souvent à de plus grandes saisonnalités du fait des matières incorporées. Cette technique présente notamment comme avantages une faible consommation électrique et un moindre risque de disfonctionnement interne du digesteur (pas de sédimentation, sensibilité aux indésirables quasi nulle).  

Unité de méthanisation par voie sèche continue

Voie sèche continue

La voie sèche continue a un fonctionnement en piston. Plus compact que la voie liquide avec un pourcentage de matière sèche autour de 23%, elle permet souvent un temps de séjour plus court. Cette technique est beaucoup moins répandue que les deux précédentes car elle n'est applicable qu'aux gisements importants et demande un bon rationnement en entrée. Le digesteur fonctionne souvent à une température plus élevée qu'en voie liquide (environ 55°C), mais le gros point positif de cette voie est la meilleure répartition du temps de travail (chargement continu).